Pourquoi l’huile de coco est recommandée pour les femmes enceintes et les mères qui allaitent ?

Avez-vous déjà remarqué à quel point une noix de coco ressemble à un sein féminin ? 🙂

Probablement pas, mais pensez-y – ces fruits miraculeux que la nature nous a donnés ressemblent au sein humain pour une raison. Ils contiennent des propriétés vitales pour les mères qui allaitent et leurs enfants. Je sais que toutes les mères ne peuvent pas réussir à allaiter, mais pour celles qui ont déjà allaité, admettons-le : c’est un TRAVAIL DUR !

Les mamelons douloureux et les seins engorgés, sans parler des séquelles – pour celles qui ont allaité, vous savez de quoi je parle – l’affaissement après l’allaitement. Toute cette douleur et ce « relâchement » en valaient la peine, mais j’aurais aimé savoir, à l’époque où j’allaitais, comment compléter mon alimentation avec des noix de coco pour donner à mon bébé encore plus de nutrition et de protection.

Les bienfaits de l’huile de coco

De nombreuses recherches ont été menées récemment sur la façon dont l’environnement de l’utérus peut affecter la santé à long terme du bébé en ce qui concerne l’autisme, les allergies, l’asthme, les sensibilités alimentaires et d’autres maladies chroniques. L’huile de coco fournit aux mères enceintes une combinaison vitale de vitamines, de minéraux, de graisses et de protéines qui sont si bons pour leurs bébés. C’est aussi pourquoi les préparations pour nourrissons contiennent généralement de l’huile de coco.

Une alimentation saine contient des mélanges de graisses saturées, monoinsaturées et polyinsaturées. La composition unique du lait maternel humain contient environ 45 à 50 % de graisses saturées, environ 35 % de graisses insaturées et 15 à 20 % de graisses polyinsaturées. L’acide laurique et l’acide caprique représentent environ 20 % du total des acides gras saturés présents dans le lait maternel. L’acide laurique et l’acide caprique ont de puissantes propriétés antivirales, antibactériennes et parasiticides (tue les parasites) qui soutiennent le système immunitaire. Ces acides gras offrent au nourrisson une protection contre les maladies, les virus comme l’herpès et le VIH, les protozoaires comme le giardia lamblia et les bactéries comme la chlamydia.

La composition de l’huile de coco

L’huile de coco est riche en graisses saturées (mais pas en cholestérol puisqu’elle provient d’une plante) et contient environ 50 % d’acide laurique. Les autres composants de l’huile de coco sont l’acide caprique, l’acide caprylique, les tocophérols et les tocotriénols. (Les lipides de la vitamine E agissent comme de puissants antioxydants qui peuvent aider à maintenir une structure et une fonction cellulaires saines).

Une étude a montré que les mères qui allaitent et qui consomment de l’huile de noix de coco et d’autres produits à base de noix de coco ont des niveaux significativement plus élevés d’acide laurique et d’acide caprique dans leur lait maternel, créant ainsi un lait riche en nutriments bénéfiques pour la santé. L’huile de coco est facile à absorber et à utiliser par le système digestif immature d’un nourrisson. Elle fournit également de l’énergie sous forme d’acides gras à chaîne moyenne pour aider le bébé à grandir et à se développer correctement.

Selon les recherches, lorsqu’une femme qui allaite ajoute des aliments riches en acide laurique à son régime alimentaire, la quantité d’acide laurique disponible dans son lait maternel augmente considérablement pour atteindre des niveaux trois fois supérieurs au niveau d’origine et près du double de la quantité d’acide caprique.

Un seul repas d’huile de coco peut affecter de manière significative la composition en acides gras du lait maternel pendant 1 à 3 jours, l’augmentation maximale se produisant au cours des 10 premières heures. Ces données confirment l’hypothèse selon laquelle le régime alimentaire a une incidence directe sur la qualité du lait maternel et, éventuellement, sur l’environnement utérin.

Les femmes enceintes et allaitantes stockent des graisses pour assurer la réussite de la lactation. Tout acide laurique et acide caprique présent dans l’alimentation fait partie des réserves de graisse adipeuse. La graisse du lait d’une mère allaitante est constituée de ces réserves ainsi que de son régime alimentaire actuel.

Perdre du poids plus facilement grâce à l’huile de coco

Cela signifie que le régime alimentaire d’une mère pendant l’allaitement influe directement sur la rapidité avec laquelle elle perd ses kilos une fois l’allaitement terminé. Et comme les mères allaitantes ont particulièrement besoin de graisses dans leur alimentation, il faut s’assurer qu’il s’agit du bon type de graisse. L’huile de noix de coco est une excellente source de graisses car elle est à chaîne moyenne, contrairement aux graisses animales qui sont à chaîne longue et beaucoup plus difficiles à décomposer par l’organisme. Les graisses à longue chaîne resteront beaucoup plus longtemps sur nos cuisses et nos hanches que les graisses à chaîne moyenne comme l’huile de coco, qui se transforment rapidement en énergie.

C’est pourquoi il est si important pour les femmes enceintes et allaitantes d’avoir une alimentation saine, basée sur des aliments complets : légumes, fruits, noix, graines, protéines maigres et huile de coco crue !

Et si cet article vous a donné envie de faire votre propre huile de coco, découvrez en vidéo comment la créer vous-même :

Laisser un commentaire